Tabac et allaitement,
quels sont les dangers ?

Le tabagisme maternel est mauvais pour la santé du bébé, que ce soit pendant la grossesse ou durant la période d’allaitement. Cependant, beaucoup de mères se remettent à fumer après les neufs mois de grossesse. La question que l’on se pose alors c’est : est-ce que le tabac peut nuire à la santé du bébé pendant l’allaitement ? Les réponses se trouvent dans ce qui suit.

Le tabac et son effet sur la lactation

Si aucune étude n’a permis de démontrer que le tabac est nocif chez les femmes qui allaitent, à condition que sa consommation soit modérée, il faut néanmoins reconnaître que certains effets secondaires peuvent être rencontrés chez la mère et chez le bébé. En effet, la présence de la nicotine dans le lait peut jouer sur la qualité des tétées.

Premièrement, l’influence sur la lactation, en diminuant le taux de prolactine, l’hormone responsable de la production du lait maternel. Ce qui engendre un sevrage précoce chez l’enfant. Ensuite, la nicotine perturbe également la tétée, puisque l’enfant n’arrive pas à se nourrir convenablement, il ne prendra que peu de poids. En outre, il faut savoir que la nicotine change également le goût du lait, ce qui n’est pas pour plaire aux nourrissons.

Le tabac et ses conséquences sur le bébé

Des études ont démontré qu’allaitement et tabac peuvent provoquer chez les nourrissons, des problèmes que peuvent rencontrer les fumeurs passifs. Mis à part la fumée dégagée par la consommation de cigarettes, il est aussi important de savoir que le bébé ingère de la nicotine à partir du lait qu’il consomme. De ce fait, chez les mères fumeuses, qui ont une consommation de cigarettes importante, entre 10 à 15 cigarettes par jour, les risques d’intoxication du nourrisson sont importants.

Cela peut se présenter sous forme de tachycardie, de pâleur, de diarrhées, de vomissements, d’hyper agitation, ou de somnolence. Les recherches ont avancé que les bébés qui sont allaités par des mamans ayant une forte consommation de cigarette journalière, présentent un taux élevé de cotinine, une substance dérivée de la nicotine dans leurs urines.

Par contre, les bébés ayant une mère fumeuse et qui ne sont pas allaitées de manière naturelle, ne sont pas exposés à ce phénomène. Si vous fumez et que vous allaitez, vous devrez aussi savoir que votre bébé sera exposé à des coliques fréquentes, contrairement aux bébés des mères non-fumeuses.

Qu’en est-il du tabagisme passif ?

Comme nous venons de le mentionner ci-dessus, le tabagisme passif doit être aussi pris en compte chez les femmes qui allaitent et qui fument en même temps. Ce problème, engendré par la consommation de cigarette, est beaucoup plus grave que l’ingestion de nicotine à partir du lait maternel. En effet, le tabagisme passif engendre certains problèmes de santé tels que les maladies ORL et broncho-pulmonaires, sans oublier la mort subite du nourrisson.

Quelles sont donc les règles lorsqu’on fume et qu’on allaite ?

Fumer tout en allaitant n’est pas proscrit, à condition que la mère respecte quelques règles régissant l’allaitement et la consommation de tabac. Comme il n’est pas rare que des mères fumeuses reprennent leurs habitudes après la naissance de leurs bébés, il est judicieux de prendre en compte les différentes précautions à respecter, afin de préserver la santé de son nouveau-né.

Les bons réflexes à connaître

Lorsque vous allaitez, mais que vous continuez à fumer, sachez savoir mettre une limite au nombre de cigarettes que vous consommez, au risque de nuire à la santé de votre enfant. Veuillez ne pas dépasser les 15 cigarettes par jour, voire moins, pour éviter que votre bébé ne soit intoxiqué. Selon des études, l’idéal serait de fumer après l’allaitement et non avant. Ainsi, si vous venez de fumer, attendez environ 2 heures avant de mettre votre enfant au sein. En effet, votre corps aura besoin de 4 heures pour faire disparaître tous les résidus de nicotine.

Bien entendu, veillez aussi à éviter de fumer tout en allaitant, puisque la fumée du tabac est beaucoup plus nocive pour le nourrisson que la nicotine qu’il pourra ingurgiter à partir du lait maternel. Si vous avez un bébé, il est préférable de fumer dans une pièce aérée, ou encore dans le jardin, ou sur la terrasse. Pensez également à aérer toutes les pièces au maximum pour faire disparaître l’odeur, ainsi que la fumée du tabac. Cela évitera à votre nourrisson de devenir un fumeur passif et d’en subir les conséquences.

Formations hypnose pour arrêter de fumer

Un tabacologue pour venir en aide aux mères fumeuses qui souhaitent décrocher

La meilleure solution si vous souhaitez allaiter votre enfant sans souci, c’est d’arrêter de fumer définitivement. Non seulement, vous agissez pour le bien de votre nourrisson, mais aussi pour votre propre santé. Étant donné que l’arrêt au tabac est souvent difficile, et que cela peut demander des efforts surhumains pour la fumeuse, la meilleure solution qui existe pour les mères fumeuses qui allaitent, est de faire appel à un médecin tabacologue.

Ce dernier connaît parfaitement les risques que peuvent encourir les nourrissons, face aux différentes substances prises pour substituer la nicotine. Comme les gommes à mâcher qui doivent être prises avec précaution, ainsi que les patchs nicotines qui ne doivent être utilisés que pendant la journée.

Si vous êtes adeptes des méthodes douces, vous pourrez également suivre une thérapie sous hypnose pour arrêter de fumer. Elle est idéale pour vous aider de manière définitive, sans pour autant subir les séquelles que peuvent engendrer l’arrêt du tabac. L’avantage avec l’hypnose, c’est qu’avec une à cinq séances, vous pourrez retrouver une vie beaucoup plus saine sans que l’envie de fumer ne se présente à nouveau.

À noter que la combinaison de ces différentes techniques augmentera votre chance d’arrêter le tabac. Toutefois, il est recommandé de suivre les prescriptions de son médecin tabacologue. Vous éviterez ainsi d’exposer votre bébé à des problèmes suite à l’utilisation de ces méthodes.

Arrêter de fumer par l'hypnose